Issue de la famille SIMON, longue dynastie de maîtres-verriers de la cathédrale de Reims, j'ai vécu toute mon enfance et jusqu'à l'âge de 26 ans à l'ombre de cette cathédrale et de ses vitraux, et ai, sans doute, hérité de mes ancêtres artisans et artistes cet attrait pour la lumière et la couleur.

 

La Drôme des Collines, puis l'Alsace et  la Provence, où j'ai ensuite vécu ainsi que de très beaux voyages m'ont procuré mille occasions de m'émerveiller devant les couleurs infinies et les lumières changeantes de la nature. Après des années de sérigraphie sur tissus et d'animation artistique avec les enfants, je me suis consacrée plus spécialement depuis 20 ans à la peinture ; dans un premier temps, en jouant avec les matières, sables divers et pigments colorés.

Puis je me suis orientée  vers la peinture sur toile ; mes préférences allant plutôt actuellement vers des paysages réels ou imaginaires... Corse et Ladakh (Inde), mes derniers voyages, sont actuellement mes sujets d'inspiration.

Depuis ma tendre enfance, je peins, dessine, bricole ; depuis mon adolescence, je regarde, observe, l'appareil photo à la main, avec émerveillement.

 

Aujourd'hui, grâce à ma passion qu'est la peinture, j'ai l'impression de voyager sans cesse...

"L'art ne reproduit pas le visible, il rend visible" disait Paul Klee... Je voyage donc avec  pinceaux et couleurs... je redécouvre ce qui m'a émerveillée, les couleurs, les formes, la lumière et surtout... ce que l'on ne voit pas au premier regard.

 

Drôme des Collines (2008-2010)

Peinture acrylique sur toile.

 

Paysages imaginaires... (2008-2014)

Peinture acrylique sur toile.

Portraits- peinture acrylique

 

Voyages : Corse, Indonésie, Himalaya indien, Mayotte... (2014-2016)

Peinture acrylique sur toile.

Peinture acrylique sur papier.

Peinture acrylique, matières et pigments.

Peinture  acrylique et matières  (1993-2002)

 

 

"Gertrude Camus présente ses dernières recherches picturales à la galerie M. J’ai eu plaisir à les voir, plaisir à retrouver dans ce cheminement linéaire toute une sensibilité de la matière et de l’espace. C’est vrai, qu’initialement, quand je découvrais le talent de Gertrude Camus au sein de l’association Lignes, il s’exprimait en des termes abstraits, matiérisme à l’état pur, des tableaux où se disputaient le lisse et le rugueux, le fin et le brut, le velouté et le rapeux, le granuleux, l’écrasé et le brossé, en des teintes vives et chatoyantes, souvent à la limite de la saturation.

Aujourd’hui, Gertrude en vient à une figuration onirique, sans jamais trahir la matière qui reste l’élément majeur, obsessionnel et émouvant, on voit apparaître, comme dans les gravures extrême-orientales des espaces où montagnes et nuages ne cessent de se gravir, à saute-mouton, à l’infini.

Les teintes se sont affinées,voyez, en entrant ce mur vibrant de ces fenêtres où le vert domine… des fenêtres horizontales comme celles des chemins de fer, et qui grandissent jusqu’au vertige les paysages évoqués, fenêtres verticales , plus proches de nos traditions du polyptique"

J.P. Breil - Saint-Raphael 2001